AMA – une danse libératrice pleine de grâce et de puissance –

Merci Julie pour ce voyage émotionnel et le beau message qu’il inspire,  transporte, fait émerger…

Je vous partage à mon tour cette danse aux airs de la magie ou de  » l’âme agit  » avec ci- après le lien de la vidéo  et  les détails publiés sur son oeuvre.

Belle envolée…

A.

bdBuDg7mrT8

Synopsis :
La pluie tombe comme autant de larmes sur une jeune femme vêtue d’une petite robe noire. On plonge dans son regard comme on plonge dans son âme noyée par le chagrin. Au fond de l’eau, la femme, allongée sur le sol, se relève doucement et commence à danser. Gracieux, ses pas ancrés dans le sol malgré l’apesanteur, révèlent le poids qui pèse sur ses épaules. La musique s’emballe, la danseuse s’élève de plus en plus, se libère jusqu’à s’envoler. Elle retombe comme épuisée par cette lutte contre elle-même avant de remonter enfin vers la surface. Son visage rayonne, elle relâche une bulle d’air, la douleur s’en est allée, la vie peut reprendre sa place.
Durée : 6 minutes et 26 secondes
Catégorie: Fiction artistique, court métrage
Auteure, Réalisatrice, Modèle : Julie Gautier. (http://www.lesfilmsengloutis.com)
Chorégraphe : Ophélie Longuet. (https://www.ophelielonguet.com)
DOP : Jacques Ballard. (http://www.kinou.fr/artiste/jacques-ballard/)
Producteurs : Les Films Engloutis, Spark Seeker (http://www.lesfilmsengloutis.com), (https://www.societe.com/societe/sparkseeker-812946259.html)

L’auteur :
Julie Gautier est originaire de l’île de la Réunion, c’est là, au côté de son père chasseur sous-marin et de sa mère danseuse qu’elle développe un rapport à l’eau empreint de performance et de grâce. Installée à Nice depuis 12 ans, elle a développé avec son compagnon, le champion du monde d’apnée Guillaume Néry, des vidéos artistiques sous-marines artistiques qui apportent un regard nouveau sur le monde marin. Leur force vient du fait que tous deux utilisent l’apnée comme mode d’évolution dans l’eau, chacun d’un côté de la caméra. Totale autodidacte, elle puise son inspiration dans la danse, la bande dessinée et le cinéma.

Le projet :
Ama est un film artistique à but non lucratif dont la seule finalité est d’être partagé au plus grand nombre. Habituellement Guillaume et Julie mettent leurs films directement en ligne mais, Ama ayant été tourné en ultra haute qualité il est important pour Julie de lui offrir une projection sur grand écran pour son lancement. Pour atteindre ces objectifs nous avons prévu 3 événements :
– Le 5 mars, à la piscine la plus profonde du monde Y40, lieu de tournage du film, je ferai un live facebook pour annoncer les événements du 8 mars. Le film sera ensuite projeté à travers un tunnel en verre directement dans la piscine.
– Le 8 mars , lancement d’un évènement communautaire connecté démarrant à 20h. Dans une idée de partage Julie à depuis le départ eu envie de faire de la sortie du film un événement participatif et artistique.
Guillaume et Julie ont donc pris contact avec la communauté des apnéistes à travers le monde et ont proposé à chacun de faire sa propre projection du film : en ville sur un bâtiment, sur la place d’un village, sur une plage, au sommet d’une montagne, sur un lac gelé…il n’y a aucune limite à l’imagination. Nous visons au moins 40 projections à travers le monde. Les différents événements seront filmés et relayés en live par les organisateurs sur les réseaux sociaux. Un évènement FB dédié ainsi q’un hashtag Instagram et Twitter permettront une diffusion massive, et nous l’espérons une visibilité au niveau mondial.
– Le 9 mars, à 13:00 heure de Paris GMT+1, le film sera mis en ligne.

 

Note d’intention : Ama signifie en japonais « femme de la mer ». Les Amas sont des ramasseuses de coquillages traditionnelles, ce sont des femmes fortes et unies, elles sont pour moi l’incarnation du rapport que nous les femmes devons construire entre nous et du lien que nous devons garder avec la nature. Le film nous met face aux capacités gigantesques des femmes, capacités que nous avons toutes mais que nous laissons dormir parfois ou que nous n’osons pas développer. Malheureusement, dans nos sociétés modernes, le lien social est souvent fragilisé et la solitude gangrène beaucoup de foyer. Pour moi ce film est un moyen de dire, vous n’êtes pas seul ouvrez vous aux autres, parlez de vos souffrances, de vos joies.
J’ai voulu mettre dans ce film ma plus grande douleur en ce monde. Pour qu’elle ne soit pas trop crue je l’ai enrobée de grâce. Pour qu’elle ne soit pas trop lourde je l’ai plongée dans l’eau. Il en ressort un film beau et léger qui touche le coeur de ceux qui savent lire entre les lignes.
La vie fait en sorte de mettre sur nos chemins des épreuves qui, si elles ne vous brisent pas vous font grandir. Nous avons tous notre histoire, nous portons tous un fardeau que nous avons appris à alléger avec lequel nous avons appris à vivre. Comme ce thème est universel, le film invite au partage et devient un libérateur d’émotion, parce que se livrer c’est aussi donner aux autres la possibilité de le faire.
Mais Ama est un film sans parole qui raconte une histoire que chacun peut interpréter à sa manière, selon son propre vécu. Certains y voient une oeuvre artistique ou une performance physique, quelques uns sont indifférents, d’autres pleurent…Rien n’est imposé tout est suggéré.
Ama utilise la grâce comme vecteur d’émotion, il n’y a pas de mots, juste des mouvements. La grâce est alors un moyen d’expression, de communication, une manière d’être. Je pense que si nous mettons de la grâce dans nos vies, dans nos actes, dans nos paroles, dans notre rapport aux autres et à la planète alors nous pouvons être bienveillants envers le monde.
Ce film parle beaucoup aux femmes, certainement par ce qu’il a été écrit par et pour les femme mais il n’exclu pas les hommes, il ne les montre pas du doigt. Je ne veux pas en faire un film militant, ni féministe, pour moi, c’est juste une porte ouverte sur le coeur d’une femme.

Ecouter – André Gromolard-

Ecouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un.

C’est lui dire, non pas avec des mots, mais avec ses yeux, son visage, son sourire et tout son corps : « Tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là, tu vas m’enrichir car tu es ce que je ne suis pas… »

Pas étonnant si la meilleure façon pour une personne de se révéler à elle-même, c’est d’être écoutée par une autre.

Ecouter c’est commencer par se taire…

Avez-vous déjà remarqué combien les « dialogues » sont remplis d’expressions de ce genre « c’est comme moi quand… », ou bien « ça me rappelle ce qui m’est arrivé… ». Bien souvent ce que l’autre dit n’est qu’une occasion de parler de soi.

Ecouter, c’est commencer par arrêter son cinéma intérieur, son monologue portatif, pour se laisser habiter par l’autre. C’est accepter que l’autre entre en nous-même comme il entrerait dans notre maison et s’y installerait un instant, en prenant ses aises.

Ecouter, c’est vraiment laisser tomber ce qui nous occupe pour donner tout son temps, à l’autre. C’est comme une promenade avec un ami : marcher à son pas, proche mais sans gêner, se laisser conduire par lui, s’arrêter avec lui, repartir, pour rien, pour lui.

Ecouter ce n’est pas chercher à répondre à l’autre, sachant qu’il a lui-même les réponses à ses propres questions. C’est refuser de penser à la place de l’autre, de lui donner des conseils, et même de vouloir le comprendre.

Ecouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance tel qu’il se définit lui-même, sans se substituer à lui pour lui dire ce qu’il doit être. C’est être ouvert positivement à toutes ces idées, à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions, sans interpréter, sans juger, laissant à l’autre le temps et l’espace de trouver la voie qui est la sienne.

Ecouter, ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ci ou comme cela, c’est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui spécifiques. Etre attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Apprendre à écouter quelqu’un, c’est l’exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos détresses.

Ecouter, c’est donner à l’autre ce que l’on ne nous a peut-être jamais donné : de l’attention, du temps, une présence affectueuse. C’est en apprenant à écouter les autres que nous arrivons à nous écouter nous-même, dans notre corps et toutes nos émotions. C’est le chemin pour apprendre à écouter la terre et la vie, c’est devenir poète, c’est à dire sentir le coeur et voir l’âme des choses.

A celui qui sait écouter, est donné de ne plus vivre à la surface : il communie à la vibration intérieure de tout vivant, il commence à découvrir l’infini qui vit à la fois la richesse et l’originalité de l’autre. C’est alors qu’il entrevoit combien la rencontre est source d’être et non pas d’avoir.

« Tu ne vaux que ce que valent tes rencontres, le seul luxe est celui des relations humaines » St Exupéry.

C’est le seul luxe gratuit car offert à la décision et à la liberté de chacun.

André Gromolard

 

Merci

A.

 

 

All related -Nessi Gomes

 

Wakan Tanka
Gran espíritu
Agradeco
Pachamama

Wakan Tanka
Tunkashila
Agradeco
Pachamama

En el cielo, con los pájaros que vuelan las oraciones

Y amor
Misterio de la luna
Amor
Mi vida preciosa
Amor
Dame dame fuerza
Amor
Confía medicina

I cross over
Anxious spirit
Lost my knowing
Confused senses
Ancient voices
Spill their secrets
Taking footsteps
With our mother
All related
Brokenhearted
No more darkness

With this love
We are all related
In love
Give me strength
In this love
We are all related
In love
Give me strength in this love
We are all related

Cura cura cura cura mi
Cura cura cura cura mi
Cura cura cura cura mi
Cura cura cura cura mi
Medicina

Y amor
Misterio de la luna
Amor
Mi vida preciosa
Amor
Dame dame fuerza
Amor
Confía medicina

We are all related
In love
Give me strength
In this love
We are all related
In love
Give me strength in this love
We are all related

Nectar végétal et cookies crus choco-kasha (sarrasin grillé)

DSC01495

Zoom sur le sarrasin ou « blé noir » :

  • pseudo-céréale, il est hautement nutritif, énergétique et très facile à digérer :
  • Naturellement sans gluten
  • Riche en protéines, en vitamines du groupe B (B1,B2,B3,B6) : indispensables pour l’équilibre nerveux et le métabolisme énergétique global de l’organisme (bonne gestion des sucres, des lipides…)
  • Antioxydant
  • Aliment Yang, il remonte l’énergie des surrénales, il est échauffant et favorise la circulation sanguine).

 Cookies choco-kasha : 

Ingrédients :

  • chocolat noir 70%
  • Kasha
  • Saveurs au choix : copeaux de coco, écorces d’oranges, de citrons bios, cardamome, sésame, raisins sec, amandes, pistaches, graines de chia, banane, etc.

Faire fondre le chocolat au bain marie, puis rajouter les graines de kasha. Etaler assez finement la « pâte » alors formée sur du papier cuisson à l’aide d’une cuillère plate par exemple. Ajouter vos saveurs par dessus et mettre au réfrigérateur.

Couper des petits morceaux à partir de la plaque durcie formée !

Nectar végétal :

Pour accompagner des petites gourmandises à l’heure du thé ou seul en guise de dessert lorsqu’on à envie d’une douceur légère et digeste :

  • Lait d’amande
  • thé vert au litchi et pétale de rose mixé en poudre fine (que vous pouvez remplacer par un autre thé (ex : matcha), un mélange de plantes que vous aimez (à mixer), des épices (cannelles, cardamome, écorce d’oranges,…) ;
  • Copeaux de coco, ou encore fèves de cacao cru, petit morceau de chocolat noir, baies rouges (myrtilles, framboises, …).

A servir bien frais ou chaud en fonction de l’envie … Voyage assuré !

Bonnes gourmandises 🙂

A.

Tartinade fraîche petit pois cru et menthe poivrée

DSC01468

Ingrédients :

  • Petit pois frais ou congelé cru,
  • quelques branches fraiches de menthe poivrée
  • Huile d’olive
  • Jus de citrons frais
  • Sel gris

 

Mixer les petits pois avec la menthe, ajouter les autres ingrédients, mélanger.

Miam ! Bonne dégustation !

Ici pareil, pleins d’autres variantes possibles, avec du basilic frais par exemple !

 

A.

Tartare d’algues : trésor de la mer à haute valeur nutritive (protéines++, fer, magnésium, calcium, iode, …)

DSC01469.jpg

Ingrédients:

  • Wakamé (3/4)
  • Salade de la mer en paillettes (mélange que l’on trouve en magasin bio composé de dulse, laitue de mer, haricot de mer) (1/4)
  • Vinaigre balsamique
  • Baies roses
  • Grainesde sésame
  • Thym citronnée ou sarriette
  • Huile d’olive

Réhydrater les algues dans un peu d’eau pendant 5 min. Jeter l’excédant d’eau et assaisonner.

Ajuster les quantités d’aromates, vinaigre et huile selon vos goûts !

De nombreuses variantes sont également possibles avec du citron confit, des oignons, ail, câpres, olives …

De manière générale, le tartare d’algue se marie particulièrement bien avec de l’avocat !

Bon appétit!

A.

A méditer

Lutter,  c’est se lier à l’infertile, c’est croire que se montrer fort nous nourrira, nous construira…c’est s’éloigner de soi;

S’arrêter, lâcher, c’est se donner l’opportunité de s’ouvrir à soi, c’est  regarder autour ,  rendre l’échange possible , rendre sa propre terre fertile,  c’est se nourrir , grandir,  donner, partager ,  c’est ne plus croire en l’impossible , c’est s’élever , c’est vivre, c’est donner vie…

A.

Partage

« L éveil de la Kundalini est un moyen de réalisation (Sadhana), un chemin conduisant l’adepte (Sadhaka) à l’épanouissement absolu de toutes les virtualités qu’il porte en lui jusqu’à obtenir la Délivrance finale , définitive. » Upanishads du yoga , Jean Varenne.

Source de réflexions, d'échanges, de conseils, de recettes saines et créatives…pour se nourrir de curiosités, de plaisir et de vitalité.

%d blogueurs aiment cette page :